Aspects économiques du jaunissement mortel du cocotier a la Jamaïque

 
Sonia Marongiu (CREA-Italy) et Wayne Myrie (CIB-Jamaica)

La culture du cocotier (Cocos nucifera L.) à la Jamaïque et le problème du jaunissement mortel (LY)

Le bulletin n ° 1 de Tropicsafe s'est concentré sur le jaunissement mortel du cocotier (LY), un phytoplasme associé à des maladies chez plus de 50 espèces de palmiers (Bertaccini et al., 2014) avec les effets les plus dévastateurs sur le cocotier (Cocos nucifera L.) cultivé dans 90 pays à travers le monde. Le cocotier est une culture importante dans de nombreux pays tropicaux, fournissant des produits alimentaires et des matières premières aux industries (Jones, 1991). Il est cultivé par environ 11 millions d'agriculteurs sur 12 millions d'hectares; 80% de la production totale provient de l'Asie (Adkins et al., 2006).

Les cocotiers contribuent aux magnifiques paysages pittoresques de la région des Caraïbes et ajoutent à la sensation de détente des touristes sur les plages de sable des Caraïbes. A la Jamaïque, la culture du cocotier est une source importante de revenus et une part importante de l'agriculture de subsistance dans les villages ruraux (Figure 1). Par comparaison avec d'autres cultures commerciales, l'arbre nécessite moins d'intrants mais fournit de la nourriture et des revenus indispensables. La propagation incessante du jaunissement mortel dans les zones de production de noix de coco a de graves conséquences dans de nombreuses communautés vulnérables, car elle menace les revenus et la sécurité alimentaire de nombreux Jamaïcains impliqués dans le secteur agricole (Myrie, 2006).

LY1+2
Figure 1. Plantation de cocotiers en pleine production

Le cocotier n'est pas indigène à la Jamaïque. Ce palmier a été introduit pour la première fois au milieu du 16ème siècle, initialement près des ports et des zones côtières et plus tard à l'intérieur des terres. Le cocotier est devenue une culture industrielle au 19ème siècle, augmentant son importance économique avec l'utilisation de l'huile de coco comme matière première pour la fabrication de savon, d'explosifs et de margarine. Au départ, la principale variété cultivée était le Jamaica Tall; ensuite, plus de 60 variétés de cocotier ont été introduites à cause des maladies et des ouragans.

La figure 2 montre la production de noix de coco en Jamaïque depuis 1943. Avant 1961, le LY était confiné à la région occidentale de la Jamaïque et en 1961 (Carter, 1964), elle est apparue soudainement dans la région de Buff Bay, à environ 110 km du cas le plus proche à l'ouest. La maladie s'est ensuite propagée rapidement à l'est, les principales régions productrices de cocotier. En 1971, la maladie a été détectée dans toute l'île. (Coconut Industry Board, 1984 et 1985). En 1980, le LY a été responsable de la mort de plus de 7 millions de cocotiers à la Jamaïque (Myrie et Bertaccini, 2018). Depuis les années 1970, la variété Jamaica Tall (la plus importante à la Jamaïque) a été progressivement remplacée par des variétés moins sensibles telles que le Malayan Dwarf, le Panama Tall et une première génération de variétés hybrides (Maypan). Cependant, depuis le milieu des années 90, un nombre alarmant de ces variétés ont succombé à une nouvelle épidémie de maladie du jaunissement mortel. Après l'ouragan Gilbert en 1988, l'incidence du jaunissement mortel a considérablement augmenté. À divers endroits le long des zones côtières de la région septentrionale, les niveaux de mortalité parmi les peuplements de Malayan Dwarf (MD) et de Maypan (MP) ont été significativement plus élevés que prévu. Cette tendance s’est poursuivie dans les années 1990 et 2000.

LY_2
Figure 2. Production de noix de coco en Jamaïque (1943-2014, millions de noix par an, source: CIB)

Une étape importante dans l’industrie locale du cocotier a été la création d’une organisation de producteurs en 1930, la Jamaica Coconut Producers Association. L'association a mis de l'ordre dans l'industrie chaotique du cocotier à cette époque, alors que la majeure partie des noix était produite et exportée par des opérateurs indépendants. Le gouvernement de l'époque estimait qu'il était prudent de rédiger et de promulguer une législation spécifique pour protéger l'industrie locale de la concurrence extérieure. En 1945, le Coconut Industry Board (CIB) a été créé en tant qu'organisme statutaire dans le but d'administrer l'industrie du cocotier (figure 3). En 1959, le CIB a établit un département de recherche et plus tard une division consultative. Les principales fonctions du CIB sont d'informer le gouvernement sur le statut de l'industrie et de fournir des conseils sur les orientations, d'effectuer des recherches sur les problèmes agricoles de l'industrie et de fournir un soutien technique aux agriculteurs.

LY__3
Figure 3. Cocotiers gravement atteints par du LY 0 la Jamaïque: à droite un tronc nu et au centre un palmier presque mort

L'importance socio-économique du secteur du cocotier à la Jamaïque

Bien que la contribution de l’agriculture au produit intérieur brut (PIB) de la Jamaïque ait régulièrement diminué au cours des deux dernières décennies (il s’élevait à 5,2% en 2009), ce secteur absorbe 20% de la population active occupée du pays. L'économie agricole de la Jamaïque est dualiste, avec les grandes plantations commerciales qui produisent principalement pour le marché d'exportation avec un système de monoculture et les petites exploitations mixtes qui produisent pour la subsistance des ménages et le marché intérieur. Ce dualisme s'étend au-delà de l'orientation de la production et se reflète également dans la taille des exploitations, l'accès aux ressources agricoles et aux infrastructures (FAO, 2013). La culture varie de quelques plantations intensives très entretenues et à grande échelle, à des plantations abandonnées qui étaient autrefois gérées par l'Etat et montrent maintenant peu de signes d'entretien. Aujourd'hui, la production de noix de coco est concentrée dans les paroisses orientales de St. Thomas, St. Mary et Portland. L'industrie compte environ 4 700 producteurs qui sont en grande partie de petits exploitants avec moins de 10 hectares de cocotiers (CIB, 2017). Bien que la Jamaïque possède la plus grande industrie de cocotiers en termes de surface cultivée dans la région, il y a eu une diminution de la superficie cultivée avec du cocotier. De plus, la production annuelle semble être restée relativement stable de 2002 à 2015 (Myrie,not publié). Dans les Caraïbes et en Amérique latine, à l'exception du coprah et d'autres produits conventionnels, la noix de coco est utilisée pour obtenir une gamme de produits à valeur ajoutée tels que la crème de coco, l'eau de coco, le lait de coco et l'huile de noix de coco (Figure 4). Ceci est très important car la diversification de la production peut entraîner des avantages sociaux et économiques dans de nombreux domaines.

La production de noix de coco est insuffisante pour satisfaire la demande locale: en 2012, environ 1,3 milliard de dollars jamaïcains (11,4 millions de dollars américains) de noix de coco et ses sous-produits ont été importés en Jamaïque pour satisfaire la demande locale (STATIN). En 2015, il y avait plus de 15.989 ha cultivés et une population estimée à 3,54 millions d'arbres produisant environ 99,2 millions de noix pour une valeur totale de 4,71 milliards de dollars jamaïcains (CIB, 2016).

LY4
Figure 4. Petit magasin de vente de produits locaux à base de produits du cocotier à Port Royal, Kingston, Jamaïque

La conséquence de la maladie du jaunissement mortel (LY) est une perte d'une culture de grande échelle et un manque de revenus qui, dans certains cas, entraînent le déplacement d'agriculteurs vers les zones urbaines, aggravant la pauvreté rurale (Allen et al., 2005), ainsi qu'une modification des investissements et de l'épargne en devises. A la Jamaïque, l'impact du LY a été particulièrement important pour toutes les communautés de petits exploitants et l'agriculture de subsistance qui dépendent alimentairement et économiquement de la noix de coco (Myrie et al., 2011) et des 150 000 personnes employées directement ou indirectement par l'industrie de la noix de coco. Il existe un outil de gestion viable pour contrôler la propagation de la maladie LY, comprenant des procédures de surveillance en cinq étape : l'élimination des cocotiers infectés, la replantation de nouveaux plants, un contrôle approprié des mauvaises herbes et un programme de fertilisation solide. Le CIB a évalué la population locale de cocotier pour la résistance au LY et, avec l'aide internationale, a introduit des variétés de cocotiers provenant de toutes les principales régions productrices pour les évaluer sur le terrain..


On peut avoir une idée de la perte économique due à la maladie LY, en considérant le cas d'une ferme avec 11.838 cocotiers Maypan à St. Ann, complètement détruite par la maladie. Chaque arbre produisait en moyenne 60 noix par an, soit un total de 710 280 noix par an. Le prix à la ferme était de 35 dollars jamaïcains. Cela signifie une perte de production salariale brute égale à 24.859.800 dollars jamaïcains (207.165 dollars).



BIBLIOGRAPHIE

Adkins S, Foale M, Samosir Y eds. 2006. Coconut revival – new possibilities for the tree of live. Proceedings of the International Coconut Forum n. 125, Canberra, Australian Centre for International Agricultural Research.

Allen B, Bourke RM, Gibson J (2005) Poor rural places in Papua New Guinea. Asia Pacific Viewpoint 46:201–217.

Bertaccini A, Duduk B, Paltrinieri S, Contaldo N (2014) Phytoplasmas and phytoplasma diseases: a severe threat to agriculture. Am J Pl Sci 5:1763-1788.

Carter W (1964) Present status of research of lethal yellowing disease of coconut palm in Jamaica. Pl Prot Bull 12:67-69.

CIB - Coconut Industry Board (1984) The coconut in Jamaica. The Coconut Grower 15,3:1.

CIB - Coconut Industry Board (1985) The coconut in Jamaica. The Coconut Grower 15,3:4.

CIB - Coconut Industry Board (2016) 75th Annual Report.

CIB - Coconut Industry Board (2017) Strategic Business and Capital Expenditure Plan to Support Expansion of the Coconut Industry, pp. 7.

Gurr GM, Johnson AC, Ash GJ, Wilson BAL, Ero MM, Pilotti CA, Dewhurst CF, You MS (2016) Coconut lethal yellowing diseases: a phytoplasma threat to palms of global economic and social significance. Front Pl Science 7:1521.

Jones LH (1991) Perennial vegetable oil crops. In: Agricultural Biotechnology: opportunities for international Development. Preseley GJ ed, CAB international, Wallingford, United Kingdom, pp. 213-224.

Myrie W, Bertaccini A (2018) Pests and Diseases and Agronomical Practices of Coconut Production, in press.

Myrie W, Oropeza C, Sáenz L, Harrison NA, Roca MM, Córdova I, Ku S, Douglas L (2011) Reliable improved molecular detection of coconut lethal yellowing phytoplasma and reduction of associated disease through field management strategies. Bull Insect 60(Suppl):S203-S204.

Myrie W, Paulraj L, Dollet M, Wray D, Been BO, McLaughlin W (2006) The first report of lethal yellowing in Nevis. Pl Dis 90:834.

STATIN Statistical Institute of Jamaica. http://statinja.gov.jm/
 
//]]>